• Emilie

MOI, BÉBÉ THÉRAPEUTE #9 Ghost whispering 👻✌🏻



Vous vous rappelez quand je vous disais que le développement personnel et la spiritualité, ou même juste travailler à aller mieux, demandent un vrai investissement (= se sortir les doigts) ? Hé ben je vais vous donner un autre exemple très concret de ce que ça peut être. Parce que sur ce coup là, j’ai dû me sortir les doigts puissance 1000. Avec mon installation comme énergéticienne et tout ce qui va avec, j’ai accru mes capacités, je me suis mise à capter plein de choses. Des trucs cool, genre sentir beaucoup mieux les gens ou les messages pertinents lors des guidances, mais aussi des trucs moins cool, genre des entités moches moches ou celles qui cherchent la lumière. J’ai vraiment flippé tout ce que je pouvais pendant deux mois avant d’arriver à le transcender (merci @mariehenriettelerat qui a sauvé mes fesses sur ce coup parce que sans elle, je serais toujours terrifiée de monter à l’étage chez moi. C’était quand même pas très pratique...). Ça a été très, très, très, très dur, mais je sais que je devais en passer par là : pour aider au mieux les gens qui viennent me voir, je dois être capable de percevoir ce qu’il se passe et ce qu’il leur faut. Et quand on perçoit, on perçoit tout, pas que les chouettes énergies. Donc ça ça été un méga sortage de doigts. Mais comme l’univers s’arrête jamais de vouloir te faire évoluer, ça ne s’est pas arrêté là évidemment. Je te raconte : un jour alors que je nettoie ma maison avec le romarin de @labulledalissia, je sens des méga frissons dans les jambes en plein milieu du couloir. J’ai plus du tout peur maintenant, donc je demande tranquillement qui c’est. Et là, je capte que c’est le papa d’un international de rugby avec qui je bossais quand j’étais journaliste sportive. Il veut lui parler de son avenir et d’autres trucs. Me voilà donc à me demander comment je vais appeler un rugbyman à qui j’ai pas parlé depuis deux ans pour lui expliquer que j’ai tapé la discute avec son père décédé... Déjà, j’ai vérifié qu’il était bien en fin de contrat (oui) et j’ai attendu un signe. Que j’ai eu le lendemain midi. Je pensais attendre un peu plus mais je me suis décidée à l’appeler. J’avais le sentiment qu’il fallait le faire vite. Je vous laisse imaginer mon niveau de gêne (et la sienne) au moment de lui livrer tout ça. Mais il a été franchement assez ouvert au final et j’ai raccroché avec la satisfaction d’avoir fait ce qu’il fallait. Le lendemain, je me suis rendue compte que sa signature dans un nouveau club avait fuité dans la presse deux heures avant que je l’appelle. Immédiatement, mon mental s’est mis à 2000 à l’heure. Je me suis dit qu’il avait dû me prendre au mieux pour une débile, au pire pour une personne malhonnête. Je lui ai donc envoyé un message. Au bout d’une heure peut-être, mon mental s’est calmé tout seul (enfin avec une ou deux copines qui m’ont rassurée aussi) et il m’a répondu dans l’après midi qu’il n’y avait vraiment pas de mal. Donc si on devait revoir l’action à la vidéo comme dirait l’autre, on verrait que j’ai bondi hors de ma zone de confort en étant capable de l’appeler et de lui raconter tout ça sans peur qu’il me prenne pour une tarée (en vrai, je me suis rendue compte que je m’en tape en fait) et ensuite en réussissant à supporter qu’il puisse me penser malhonnête (le deuxième effet kiss cool, qui a été beaucoup plus dur à gérer). Si je vous raconte un peu longuement tout ça, c’est pour vous dire que cette histoire de se sortir les doigts, c’est un truc sans fin. Alors autant le prendre avec le plus de joie et de légèreté possible. Honnêtement, le timing du truc me laisse perplexe mais je pense que quelque chose qui me dépasse s’est joué et l’essentiel, c’est que j’ai fait les choses avec le cœur. Alors je suis contente de moi et de ce qu’il s’est passé. C’était aussi un peu le but, j’imagine... #tousceuxquibrillent #développementpersonnel #spiritualité #messages #zonedeconfort #évolution #éveil #efforts


Me suivre

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle

​© 2023 par Sun Reiki. Créé par Romane PAULIN