Tous ceux qui brillent tous ceux qui brillent

Lettre à mon Masculin

À mon Masculin.

Je t’ai beaucoup cherché, tu étais mon socle, ma croix, ma bouée.

Seul toi existais.

Seul toi me permettais de (sur)vivre dans le monde, dans mon monde, entre cris et coups.

Face à ce masculin furieux et désaligné, qui frappe et qui éteint, qui souffre, tu étais la seule réponse que j’ai trouvée.

Très vite, je me suis reposée sur toi, appuyée sur toi. Uniquement sur toi.

Crier pour exister.

Forcer pour exister.

Et la colère…

Je t’ai utilisé à toutes les sauces, à tous les temps, chaque jour et chaque seconde, dans chaque domaine de ma vie et chaque espace de mon être.

Tu avais tout l’espace mais je ne te laissais aucun espace.

Inconsciente.

Je t’utilisais, t’exagérais, abusais de toi et m’abusais sans le savoir.

Tu étais juste mon monde de fonctionnement, mon pilote automatique, mon qui je suis sans aucune subtilité.

Puis j’ai cheminé, appris, réfléchi.

Je me suis ouverte à mon féminin.

J’ai compris.

Dans cette découverte de ma part douce et inspirée, je t’ai un peu oublié, c’est vrai.

Trop de choses à guérir et à nettoyer.

Nouvelle erreur.

Tu as besoin d’autant d’attention car j’ai autant besoin de toi. J’ai toujours besoin de toi. J’aurai toujours besoin de toi.

Aujourd’hui, je te sais et je te soigne.

Et je t’aime.

Je te donne enfin la place qui est la tienne, prenant garde à ne plus t’en demander trop, pour les mauvaises raisons.

Je ne te rejette plus.

Tu es moi, tellement moi, tellement en moi. Je serai toujours marquée par toi, tu transpireras toujours de moi.

Et j’en suis heureuse.

On dérape encore parfois toi et moi, mais tu me donnes une force tellement plus juste, efficace et rassurante aujourd’hui.

Tu me remplis et me rassures.

J’ai plus que jamais besoin de toi et de ta force dans la tempête si féminine que je traverse.

Merci pour le soutien et ce chemin.

—————————————————-

Partage très intime mais qui me fait du bien.

Février nous invite à observer, guérir, unir nos polarités.

J’y oeuvre. Et toi ?

Si tu le souhaites, je peux t’accompagner jusqu’à la fin de l’hiver par le soin de guérison avec la médecine de l’Ours.